extrait Saga de Tempête- Tome 2

Voilà l’extrait de la Saga de Pirates Tome 2.

Saga de Pirates

Tome 2

Pirates de l’air

— Général… Depuis des jours que nous  survolons cette zone comme demandé et toujours rien. Demande la permission de… Oh! Mais… Wow… Enfin! Delta 1 au Général Gagné. Nous avons en visuel cinq sphères volantes se dirigeant vers nous. Aucun signal d’armements. Demandons la permission de se rapprocher pour regarder à l’intérieur.

     — Permission accordée.

     — Delta 1 à escadrille, direction sphères, je prends la première. Allez, nous n’avons pas une minute à perdre avant qu’elles ne disparaissent de nos écrans radars.

     Quelques instants plus tard, on entend de nouveau la voix du chef d’escadrille.

     — Général, je suis près de la première et je ne peux pas bien voir à l’intérieur, trop de fumée. Enfin, on dirait une énorme enveloppe de gaz. Mais je crois distinguer, une forme humaine, qui semble inerte, dans un… hum… un lit.

     — Un quoi ? Delta 1 répétez car nous avons compris, un lit.

     — Effectivement, c’est tout à fait ça. Je confirme. Une créature qui semble être humaine est allongée sur un lit dans une sphère volante. Confirmez escadrille. Est-ce ce que vous voyiez ?

     — Confirmons. Nous voyons exactement la même chose que vous  chef.

     — Ça ne me dit rien qui vaille mon Général, demandons la permission de les détruire,  termine Delta 1.

 

 

Prologue

 

 

Quelques mois auparavant…

     Le temps a passé depuis le premier jeu. Il est temps pour le concepteur de faire une nouvelle tentative, mais avec des règles encore plus formelles, qui tiendront compte des ratés de la première phase.

     Pour savoir si les participants potentiels embarqueront à nouveau, le créateur réalise encore une fois une publicité subliminale, bien différente de la première, qu’il prévoit faire passer non stop sur le Web, mais au dernier moment il change d’idée. Il recrute quatre candidats évincés lors de la dernière aventure. Son choix étant fait, il envoie aussitôt les invitations. Pour cette fois, il décide de ne recruter qu’un nombre restreint de participants, car l’aventure sera bien différente de la première. Les concurrents seront formés de duo et de plus, dans cette même aventure, il se promet d’inclure certains personnages du premier jeu, ce qui mettra du piquant dans ce nouveau divertissement.

     En quelques clics de souris, les recrus entre dans le piège et acceptent l’invitation les un après les autres. Ils ne sont que quatre, mais le concepteur ne les accepte pas tous du premier coup. Il doit les faire patienter un bout de temps mais pas trop, pour ne pas les perdre.

     Et voilà qu’en seulement deux semaines, une nouvelle aventure vient de naître…

 

***

 

     — Non ça ne se peut pas! Mes sentiments et les amis que je me suis fait dans l’aventure sont réels. Si ça ne l’était pas, alors je serais de retour chez moi, hurle Raphaëlle[1] pleine de rage, en se levant tout en ouvrant les yeux de nouveau.

     Elle ne termine pas sa phrase, car plusieurs personnes la dévisagent. La bouche encore ouverte, Raphaëlle comprend qu’elle vient de parler à voix haute.

     ̶  Oh! Oh! Je viens de faire encore une belle connerie. Je viens d’exprimer ma colère devant tous ces gens et je ne sais plus quoi faire. Seul, ceux qui sont trop loin, pour avoir entendus, ne me fixent pas. 

     Oui, effectivement, tous ceux, qui sont près d’elle, l’observent et dans leurs regards, Raphaëlle ne voit que de la peur…

     ̶  Mais, où suis-je à la fin? Où est mon bateau, mon crochet et ma demi-jambe de bois et surtout pourquoi je suis ici en train de tenir cette arme dans les mains? 

     Soudain une voix lui dit :

     — Voyons Madame! Ôtez ce masque, il ne vous servira à rien dans cet avion. Ôtez-le et dites-nous ce que vous voulez…

 

Chapitre 1

 

     Le concepteur du jeu est très enthousiasme face à sa nouvelle création et il est prêt à en discuter avec celui qui gérera son nouveau défi.

     ◄ — J’ai beaucoup appris lors de ma première expérience. Cette fois, j’ai été plus prudent et les participants devront, une nouvelle fois, se surpasser pour penser avoir une chance de survivre à ce défi. En tout cas, c’est ce que j’espère leur faire croire. Vous verrez que les règles et même le jeu seront bien différents du premier. Pour comprendre, votre première tâche sera de visionner l’aventure intitulée Pirates des mers et ensuite nous pourront discuter de la nouvelle.

     ◄ — Bien, dans ce cas, je m’y mets tout de suite, répond le nouveau maître de jeu.

     Quelques heures plus tard ce dernier revient vers le concepteur qu’il questionne aussitôt.

     ◄ — Concepteur, j’ai terminé, cependant avant que vous ne me donniez les grandes lignes de ce second jeu, j’aimerais que vous me décriviez quelques différences entre le premier et celui que je vais animer, car effectivement après visionnement, il y a eu beaucoup de ratés dans votre première expérience que j’aimerais ne pas reproduire dans celle-ci et ça m’aiderait à me mettre en contexte.

     ◄ — Certainement, je comprends votre hésitation et ce que je m’apprête à vous révéler vous donnera la confiance qu’il faut pour la réussite du jeu. Voici donc la première différence et non la moindre : Dans ce nouvel essai, les équipes ne seront composées que de deux membres. C’est ma façon de nous protéger d’une nouvelle intrusion et de plus, ils seront plus faciles à observer. Vu le nombre restreint de nouveaux qui ont été recrutés en moins de deux… Ce qui amène ma deuxième différence, qui explique en même temps ce recrutement rapide. J’ai décidé d’inclure certains membres du premier essai dans cette nouvelle aventure qui ne seront pas des inconnus et pour vous aider, j’ai déjà préprogrammé le premier jumelage. Ensuite ce sera à vous, maitre du jeu, de décider s’ils restent ensemble tout au long de la partie ou non. Il y aura aussi une très grosse nouveauté que vous verrez dès le début et qui mettra, croyez-moi, beaucoup d’imprévues pour que chaque joueur ait une chance minime de réussir sa mission. Et cet ajout vous donnera à vous aussi une toute nouvelle source de motivation. Je peux vous certifié que vous voudrez faire mieux que les pirates d’eau et que votre motivation grandira au fur et à mesure que le jeu avancera.

     Déçu du peu d’intérêt que manifeste le maître du jeu, le concepteur, même après ses nombreuses précisions, reformule différemment son dernier éclaircissement.

     ◄ — Je sais que pour l’instant ces explications vous semblent bien floues, mais ils s’éclairciront au fur et à mesure que le jeu se déroulera…

     Sortant de son mutisme, ce dernier intervient enfin.

     ◄ — Mais… Je m’inquiète un peu… Avec ce que j’ai vu, les conformistes sont intelligents. Ils vont essayer encore une fois de déjouer vos plans ou d’essayer de les contrés et s’ils réussissent encore une fois encore à s’infiltrer…

     Le concepteur l’interrompt sans le laisser terminer.

     ◄ — J’aimerais beaucoup qu’ils essaient justement. Ils auront toute une surprise. Déjà que les vrais nouveaux sont moins nombreux… Hum… Et même, en y pensant bien, ce serait génial s’ils s’y aventuraient. Ces jeux, en effet, sont de bons moyens de se débarrasser, une bonne fois pour toute, de nos adversaires, c’est pourquoi j’espère qu’ils le feront.

     ◄ — Vous paraissez bien sûr de vous. Vous avez pourtant beaucoup à perdre m’a-t-on dit…

     ◄ — Je le suis effectivement et vous verrez bien. Avec ce que je viens de concevoir, il est inimaginable qu’ils en sortent, cette fois, s’ils s’y aventurent… Maintenant assez de bla bla, dit le concepteur, d’un ton suggérant un début de frustration. Si vous voulez commencer le jeu, je dois terminer de programmer la première vague d’équipes, puis comme je l’ai fait dans la première aventure, je vous laisse les reines et vous aurez le contrôle totale de la partie. Donc, vous serez le seul maître à bord. Ne me décevez pas. Puisque vous avez aussi hâte de commencer, je vous donne même cette première tâche essentielle à la réussite du programme. Hum… pendant que je termine mes dernières modifications, vous allez devoir visionner tout les mois de vie de nos participants, avant et aussi après avoir accepter de jouer avec nous. Vous verrez de petites surprises qui vous feront sourire et aussi comprendre pourquoi je les ai choisis. Soyez attentif et vous verrez de petites choses qui vous aideront même dans votre travail. Soyez certain que je resterai près de vous, car je sais que je devrai intervenir à quelques endroits dans votre visionnement…

 

****

 

     Un groupe de l’armée en charge de surveiller les allées et venues d’appareils non répertoriés sur la planète terre, voit apparaitre sur leurs écrans gigantesques de bien étranges points lumineux, venant de partout dans le monde. Voyant que ces points lumineux se dirigent tous au même endroit, le haut gradé du groupe envoie un escadron de chasse, situé sur un paquebot près du point centrale, voir de plus près ce nouveau phénomène.

     Rapidement les oiseaux de proies repèrent les cibles.

     Cependant, le rapport du chef d’escadrille laisse le Général de la base quelque peu perplexe.

     — Mon général… Écoutez! Je n’arrive pas à croire ce que je vois. Cinq sphères lumineuses, pas plus grandes que moi, se dirigent vers le triangle. J’ai réussi à m’approcher de l’une d’elles et vous ne pouvez pas croire ce que j’ai vu à l’intérieur de la sphère. Un humain… et un lit.

     La communication se brouille. On entend que des brides presque inaudibles de mots et soudain un cri et la communication redevient normal.

     — Oh! Mais… Non! Ce n’est pas possible. Escadron! Revenez! Général! Ces sphères viennent toutes de disparaître. Elles se sont évaporées en entrant dans le triangle des Caraïbes. Je demande la permission de ne pas les suivre. Il est beaucoup trop dangereux de disparaître nous aussi. Permission de retourner à bord Général ?

     — Permission accorder, répond ce dernier. Cependant, dès votre arrivée à bord, vous et vos hommes devront vous faire examiner et ensuite vous devrez me faire un rapport et cela de vive voix. Je veux être certain que vous êtes tous en pleine santé…

     — À vos ordres Général, mais nous sommes tous certains de ce que nous avons vu.

 

****

 

     Un matin comme les autres, les récalcitrants, enfin le reste du groupe, car ils sont de moins en moins nombreux, arrivent chez certains de leurs protégés, pour subvenir à leurs besoins primaires pour les garder en vie. Un silence inhabituel et anormal règne dans quatre de ces chaumières, ce qui rend les intéressés suspicieux. Rapidement, ils remarquent un mot étrange, mais cependant reconnaissable, affiché sur l’écran de chacun des ordinateurs ciblés.

     Au même moment, au quartier général mis en place pour regrouper toutes les informations, un quatuor de messages arrivent dans la boîte de courriel et ceux-ci sont presque identiques, enfin ils veulent dire presque la même chose.

« Stop…. Un message et plus personne dans les maisons, m’indique que nous avons un nouveau problème… Une nouvelle lubie de l’intelligence artificielle vient de débuter. Besoin aide… Pouvez-vous savoir où ils les ont amenés cette fois… Stop… »

 Le chef comprend vite ce que ça veut dire, mais ce qu’il ne saisit pas est la raison  pour laquelle un si petit nombre de participants ont été choisis.

     « Je croyais oui, qu’ils allaient diminuer leurs nombres s’ils se risquaient à recommencer, mais si peu … Et cette fois, ces pauvres choisis seront vraiment seuls.

     Soudain celui qui gère les messages annonciateur de mauvaises nouvelles, remarque un message non lu, arrivé quelques heures avant les autres. Intrigué, il ouvre le message en lisant celui-ci à voix haute :

     — «Stop… Si vous recevez ce message, c’est que je ne suis plus devant mon ordinateur. Je viens d’être appeler à participer au nouveau jeu de rôle. Cet appel ne me dit rien de bon car je ne me suis pas inscrit. Pourquoi alors me veulent-ils ? On dirait un piège, mais je dois y aller. J’espère cette fois être vos yeux et vos oreilles, enfin si je reviens bien sûr. Je sais que je mets ma vie entre leurs mains. Cependant, une force en moi me dit que je dois accepter. Je dois aller voir ce qui se trame au delà de ce jeu. Si je peux, je communiquerai avec vous… Cette fois, je ne les laisserai pas seuls. À bientôt j’espère.

Camilo[2]

     « Oh non ! Ils sont maintenant en nombre impair avec cet idiot de Camilo. Ouf… ce n’est pas bon du tout et cette fois nous ne pouvons rien faire. Mais… pourquoi ? Il dit, dans son message, vouloir nous aider et les aider… mais le pourra-t-il ? Il n’est plus le même depuis que sa collègue et copine a disparu, il y a de cela un bout de temps. Enfin, depuis le premier jeu car elle faisait partie de nos infiltrés. Il nous a quitté car il ne se pardonnait pas d’avoir refusé de la suivre, par peur je crois… Depuis, il espère avoir la chance de la retrouver en participant au nouveau jeu. Mais comment est-ce possible, s’il n’a pas eu l’invitation …. Savent-ils qui il est ? Il faut être idiot ou totalement inconscient pour penser retrouver et sauver son amour perdu.         Quelque chose me dit qu’il y a anguille sous roche. Oui, il y a un piège là dessous. Mon Dieu ! Pourvu qu’il revienne…»

 

Chapitre 2

 

     Raphaëlle n’a pas le temps de réagir, qu’elle reçoit un coup derrière la tête. Lorsqu’elle reprend conscience elle est seule, allongée sur une couchette. En se retournant elle entend une voix roque lui dire :

     — Il faut toujours que tu agisses sans réfléchir, dit la Commère. On nous avait pourtant dit de préparer le terrain avant de revêtir masque et arme. Et toi tu as tout fait foiré, encore une fois. Tu es totalement imprévisible. Je leurs avais pourtant dit…

     — Mais je ne m’appelle pas… rouspète Raphaëlle.

     L’homme ne lui reste pas le temps de continuer.

     — Tu continus encore avec ça. Tu sais depuis le début… On ne doit pas savoir nos vrais noms. Je ne veux rien savoir de toi, oh non… On est là que pour faire ce qu’on nous a demandé un point c’est tout. Et toi la commère, tu mets notre mission en danger dès le début. Pour qui te prends-tu ? Tu n’as aucune importance pour moi et pour la mission, alors si tu ne te tiens pas tranquille, je te fou une balle entre les deux yeux compris. Et je ne blague pas, dit l’homme en faisant le geste.

     Raphaëlle se crispe en voyant son visage impénétrable.

     «Dans quelle galère me suis-je mis encore. Cette fois j’ai appris, je resterai tranquille. Enfin un temps soit peu…»

     Sa réflexion ne dure pas longtemps, car l’homme qu’elle vient de surnommé la bête continue.

— Est-ce que tu penses que ça me plait, moi, de me faire appeler Pigeon… Et bien non ! Pas du tout et je ne m’en plains pas et surtout je ne fais pas tout foiré… Et bien voilà, durant ton repos forcé, ta mission à changer… (En lui jetant de nouveau habit il poursuit.) Mets ça et dépêche… À partir de maintenant, tu vas être notre espionne et c’est un conseil… Fais-le bien car tu n’auras pas de troisième chance…

     Ce nouvel avertissement fait revenir instantanément le caractère prompt de la jeune fille, qui se lève pour lui faire face.

     — Ah! Mais… Tu me menaces là. Enlève ton masque que je vois ton visage pour te dire ma façon de penser.

     Sans pouvoir éviter le geste car il fut trop rapide, Raphaëlle reçoit une nouvelle gifle en plein visage, tellement forte que celle-ci la fait vaciller et tomber sur le matelas installé derrière elle. Instantanément Raphaëlle se frotte la joue. Elle sent même sous ces doigts la chaleur qui confirme sans même se regarder une marque sur sa joue.

     Son geste, motive un pseudo sourire sur le visage de Pigeon qui réplique :

     — Silence, femme. (Quelques instants plus tard il poursuit.) Voilà, tu te tais enfin. Dis-toi que s’il me faut te traiter ainsi, je le ferai avec plaisir. Une femme pour moi, il faut la dompter et ça sera une joie de le faire avec toi.

     « Mais qu’est-ce que ce mec. Qu’ai-je fais pour encore une fois mérité cela ? Voilà encore un nouveau jeu… Maître cette fois je ne me suis pas inscrite. Vous n’avez pas le droit de m’imposer encore une de vos lubies… Ou du moins vous auriez pu me faire oublier l’autre. »

     Un long soupir s’échappe de sa bouche et pour couronner le tout de grosses larmes coulent sur ses joues.

     Pour démontrer qu’il n’est nullement impressionné par sa déconfiture, Pigeon approche sa main de sa joue, mais la jeune fille recule se qui le fait esclaffé. Reprenant son sérieux, il continu :

     — Ah! Ah ! Fini les enfantillages. Tu n’es plus une enfant… Je dirais même plus que tu ton visage semble être rendu à un âge certain, mais enfin, là n’est pas la question. Je te laisse dix minutes pour te préparer. Et ta marque rouge sur ta joue fera l’effet qu’il se doit lorsque tu retourneras vers tes nouveaux amis, dit l’homme masqué tout en continuant de rire.

     Même lorsqu’il fut disparu derrière le rideau, son rire résonne encore dans la tête de la jeune femme tellement il était effrayant.

     Rapidement, car Raphaëlle sait maintenant que Pigeon ne blague pas, elle s’active. Elle se revêt des vêtements jetés sur elle quelques instants plus tôt et tout de suite après en apercevant un miroir derrière le lit, elle se dirige vers celui-ci pour constater d’elle-même le résultat de cette gifle cinglante sur son visage.

     En voyant son reflet dans la glace, elle fut sidérée… pas seulement de voir qu’il y a une entaille profonde sur sa joue en plein milieu d’une grosse marque rouge, mais bien aussi de voir ce visage mature qu’elle ne reconnaît presque pas.

     Par prudence pour ne pas faire de nouvelle gaffe en échappant un cri, elle met sa main sur sa bouche. Une pensée remplace le cri de surprise.

     « Oh non ! Comme… mais, je suis presque vieille… Je ne comprends pas. Pourtant hier je sortais de l’adolescence. Et maintenant, je suis une balafrée… Que m’est-il arrivé ma foi ? Où suis-je ? Que m’ont-ils fait ? Et surtout que dois-je faire ?

     Raphaëlle n’eut que le temps de se ressaisir avant que, de nouveau, le pirate Pigeon revienne. En la voyant prête, il semble satisfait et sa nouvelle réplique le confirme.

     — Bon pour une fois tu fais ce qu’on te demande. Ah ! Oui même si je n’ai aucune obligation à la faire, mais bien parce que tu as écouté mes ordres… (Un instant il se tait et la regarde puis il poursuit : ) je t’avertie, tu auras droit à une autre baffe tout à l’heure.

     Voyant que Raphaëlle recule il éclate encore une fois de rire et termine ainsi.

     — Ah! C’est super… Je fais peur à la commère. C’est du jamais vu, mais je ne m’en venterai pas car nous n’avons pas le temps. Je dois le faire pour la simple raison de mettre plus d’emphase sur ton retour et ce qui t’es arrivée, mais ne t’en fait pas, je te la donnerai sur l’autre joues, dit-il le sourire aux lèvres. Je ne le fais pas par plaisir. Hum…en fait, un petit peu, je dois dire, mais ce n’est pas la raison principale et tu le sais. Je ne veux pas qu’on se méfie de toi. Ta nouvelle mission d’espionne doit réussir et il ne faut vraiment pas que les passagers s’imaginent que la femme masquée, délirante et toi, ne fassent qu’une seule et même personne. Alors, tu dois endurer… Ah oui, deux dernières choses : Change ta voix et ne t’avise surtout pas de nous trahir sinon tu ne vivras pas assez longtemps pour voir le résultat.

     — Si tu le dis, répond Raphaëlle, en faisant la fanfaronne, mais toutefois en se sentant toute petite.

     Une pensée suit aussitôt.

     « Les prévenir de quoi, bon sang, je ne sais même pas ce que je fais là. »

     Un souvenir effrayant refait surface à ce moment là.

     « Oh que non ! Pas encore…  Je suis dans un avion qui va être ou qui est déjà détourné… Pourquoi moi ? »

     Très rapidement pourtant, ses pensées inquiétantes s’estompent et Raphaëlle revient rapidement au moment présent car Pigeon fait à nouveau un mouvement vers elle et le regard qu’il lui lance l’effraie encore plus. Il poursuit ses menaces qui réussissent sans l’ombre d’un doute à maintenir la jeune femme dans la peur.

     — Je t’avertie de nouveau et tu as intérêt de m’obéir, dit-il la prenant par le bras pour la lever. Bien, alors tu es prête. Dernière consigne, tu dois trouver le moyen de revenir ici deux fois d’ici trois heures… Nous n’avons pas toute la vie pour aboutir et tu dois avoir des informations à nous donner. Tu ne commets pas l’erreur de ne pas réussir car je me ferai une joie de t’éliminer. Dis-toi que tu as la chance d’avoir des personnes haut placées qui te protègent, mais ça ne durera pas toute la vie …

     Après plusieurs poussées très agressive dans son dos, Raphaëlle se retrouve dans l’allée. Deux autres hommes masqués l’attrapent par les bras et la tire en avant, comme si elle ne savait plus marcher.

     Arrivée au centre de l’allée, elle entend cette voix qui traumatiserait n’importe qui et qui semble lui être familière.

     — Mesdames et messieurs, si l’un d’entre vous essaie encore de communiquer avec quiconque de l’extérieur, je l’élimine aussitôt… Cette dame a la chance que je sois de bonne humeur et c’est la raison pour laquelle elle s’en est sorti indemne ou presque, mais il ne faut pas jouer avec la roulette de la vie.

     La nouvelle gifle qu’elle reçoit sur l’autre joue en cet instant est foudroyante et très douloureuse. Sans conteste, Raphaëlle sait que le résultat serait encore plus apparent que la première. Cette dernière lui fait même perdre pied et elle se retrouve sur les genoux d’un parfait inconnu, qui de plus fait mine de ne pas la voir.

     « Bon Dieu ! Qui a-t-il dans ses gants. Un coup de poing Américain ou quoi? Criss que ça fait mal » Pense-t-elle, en essayant de se relever.

     L’homme sur lequel, elle est tombée ne bouge pas d’un poil. Il n’essaie même pas de l’aider. Lorsqu’elle le regarde, elle comprend tout. Le jeune est effrayé.

     Tout de suite après Pigeon, l’homme masqué, poursuit en se retournant.

     — Personne d’autre n’aura cette chance, alors tenez vous tranquille.

     Se tournant vers l’inconnu en se tenant la joue, Raphaëlle dit furax.

     — Merci beaucoup !

     L’homme répond :

— Domo arigato !!! Why ?

 

     — Mais dans quoi suis-je tombée ? Il parle japonais anglais. Et quoi encore…

     Au loin elle entend le rire ignoble de Pigeon et ça la rend encore plus à pic.

 

***

 

     Basem[3] qui venait de se réveiller dans ce siège, vit atterrir sur ces genoux la pauvre femme. Et derrière elle, apparait trois lourds gaillards masqués et armés de surcroit. Très rapidement il pense :

     « Ne te mêle pas de ça, elle doit l’avoir mérité. »

     Pour ne pas intervenir, il fait le sourd d’oreille et pour y arriver Basem entre dans ses propres pensées.

     « Mais que fais-je ici au juste ? On lui avait parlé d’un jeu lorsqu’il s’était inscrit, un jeu dans lequel on aurait l’impression d’y être vraiment. Merde ! Ça ne peut être que cela… des masques, des mitraillettes… des pirates… Je ne veux pas… Oh ! Non! Il faut me souvenir… Je dois en avoir. Hum… Quelques bribes me reviennent. Je dois tout repasser dans ma tête. Oui ça vient. Je me revois assis…

 

***

 

     Basem est aux anges, lorsqu’il reçoit la réponse du nouveau concours.

     Voilà maintenant cinq longues années qu’il attend de savoir s’il y aura une nouvelle aventure.

     Pourtant lorsqu’il avait reçu l’invitation, il avait hésité car on l’avait écarté de la première aventure et s’il on ne le prenait pas cette fois, il ne s’en remettrait pas. Cependant, même avec cette peur il ne peut résister à la tentation et voilà que le fruit venait d’arriver. Il attend quelques secondes avant d’ouvrir, mais pas plus car il a très hâte de savoir.

     «◄ Cher Monsieur Basem,

Pour vous remercier de votre persévérance, je vous annonce que vous aller participer à cette nouvelle aventure…»

 

***

 

     Soudain Basem ouvre les yeux de nouveau et regarde devant lui. Ces yeux grands ouverts, scrutent le siège comme s’il voulait trouver une réponse mais ce qu’il voyait ne lui plaisait pas. Il réfléchit alors sur le sens du jeu :

     « Ouais… Lorsque je m’aperçu qu’à la fin du message, il n’y avait rien de vraiment précis et important… je me rappelle avoir eu un doute… non un mauvais pressentiment et j’aurais dû l’ignorer lorsque plus tard, j’eus un nouveau message m’indiquant que des installateurs viendraient directement chez moi, installer l’outil qui me propulserait dans la nouvelle aventure. Ça n’avait pas de sens, voyons. Quel idiot j’ai été ! Je me souviens aussi avoir été totalement surpris par l’objet bien installé dans mon salon. Un lit… ou je devais m’installé pour dormir… lorsqu’on me dirait de le faire. Et comme un sot, je l’ai fait au moment indiqué et me voilà ici et il faut vivre avec ma décision. Hum… À mon souvenir, je me rappelle qu’on devrait être en équipe… mais de combien ? Ah oui… de deux… (Ce tournant pour jeter un petit coup d’œil à la malheureuse, il poursuit son questionnement.) Et elle, est-ce qu’elle fait partie de mon équipe ? Comment le savoir ? Comme je regrette maintenant d’avoir été si heureux de ma participation.

     Soudain, il quitte ses pensées néfastes pour revenir au présent, car la femme lui parle d’une voix hystérique.

     — Merci beaucoup.

     Basem ne comprend pas pourquoi elle le remercie. C’est pourquoi il réplique.

— Domo arigato ! Why ? 

     « Mais… Qu’est que ce jeu? Je n’ai jamais parlé cette langue… L’anglais oui…, mais pas beaucoup. Oh mon Dieu que  je vais en baver. »

     Soudain il entend une voix résonne dans sa tête et celle-ci lui répète sans arrêt ses paroles.

     « La première chose à faire est de trouver ton coéquipier et  tu as de un à trois essais pour les arrêter… et pour réussir ta mission. »

     Cette voix très rapidement lui donne un horrible mal de tête. Il met se mains de chaque côté de son crâne et hurle :

     — Enough !!!

Se rendant compte qu’il venait encore de s’exprimer en anglais, il s’interroge :

     « Mais arrêtez de me mettre en si mauvaise posture. Et cessez cela tout de suite. J’ai compris ce que je dois faire. »

     Par la suite pour voir la réaction, il tourne la tête de nouveau vers la passagère brutalisée et s’aperçoit qu’elle le regarde, les yeux grands ouverts de surprise. Pour essayer d’expliquer il lui dit :

     — Sorry madame, je vais faire attention à mon langage. My name est Basem. And you ?

     — Je m’appelle Co… Raphaëlle. Mais combien de langue parlez-vous ? Ou plutôt devrais-je dire mélangez-vous ?

     Cette question déclenche une réaction en chaîne dans son corps. Sans trop savoir pourquoi toutefois, en cet instant, il venait de comprendre que cette femme était celle qu’il recherchait, sa coéquipière.

            [1] Raphaëlle : Personnage principale de la Saga : Tempête Tome 1 : Pirates de mers surnommé : Raph le terrible.

            [2] Camilo : Personnage de la Saga Tempête Tome 2 Pirates de l’air.

            [3]Basem : Personnage de la Saga : Tempête Tome 2 Pirates de l’air

 

 

 

 

 

 

 

 



Livraison seulement au Québec, gratuite sur commande de $75 et plus.